La Ferme de la Tremblaye

Baptiste Carrouche, le nouveau directeur de la ferme de la Tremblaye pose avec ses vaches, dans un pré.

La Tremblaye / Yvelines / 60KM

Dessiner le modèle agricole de demain.


Se rendre à la Ferme de la Tremblaye, c'est voyager au travers d'une campagne verdoyante et accueillante. La Forêt de Rambouillet, toute proche, offre au regard des espaces boisés et sauvages. Dans les murs, la Ferme qui fête ses cinquante ans en 2017, connaît une petite révolution. Baptiste Carrouche, 24 ans, vient d'être nommé directeur général. 


Une vision entrepreneuriale et dynamique

Dans l'esprit du jeune dirigeant, les choses sont claires et la vision est tracée. La Ferme de la Tremblaye dessine le modèle agricole de demain. 

Comment ? Par une approche globale et durable, autour des techniques, des animaux et des hommes.


Qu'est-ce que ça donne ? 

Des produits au lait de chèvre et de vache fins, rustiques et surprenants. La Ferme de la Tremblaye produit des petits trésors, comme le persillé de Chèvre, dernier fromage de sa catégorie en France.


INTERVIEW


Être nommé Directeur Général à 24 ans, c'est une sacrée promotion, non ?

Oui, c'est une belle marque de confiance et une très belle opportunité pour moi. C'est surtout beaucoup de challenges à relever en équipe. Je suis très fier que l'on puisse porter tous ensemble le savoir-faire unique de cette ferme.


Quelle est la vision que vous voulez porter pour votre ferme ?

Je veux porter une vision jeune et dynamique, malgré que l’entreprise ait 50 ans cette année. On se voit comme une startup, toujours en mouvement et en constante amélioration. Nous voulons conserver l'avance que nous avons sur le marché.


Vous vous revendiquez de l'agriculture de conservation. Pouvez-vous nous en parler ?

Bien sûr. Notre volonté est double: avoir des animaux qui vivent en meilleure santé et assurer la fertilité des sols. C'est de la technique et de la recherche.

On ramène de la biodiversité en croisant nos vaches avec des races plus rustiques. On se forme également aux huiles essentielles pour soigner nos animaux de manière naturelle.

Toute l'année de l'herbe de qualité est disponible, grâce au pâturage tournant dynamique. On reproduit la biodiversité des pâturages normands, en plantant des pommiers et d'autres arbres fruitiers. 


Ce qui frappe, c'est l'ADN très technique de votre ferme.

C'est essentiel. C'est quelque chose de transversal, qui structure toute notre activité. La technique nous permet d'entretenir la diversité des races, des cultures et des bactéries. C'est une source de richesses, et de qualité, que l'on retrouve dans nos fromages. On cherche à améliorer nos performances énergétiques, le bien-être de l'animal et la préservation des sols.


Vous parlez de performances énergétiques. La ferme est justement pionnière en ce domaine.

Oui ! Grâce à la méthanisation des déchets organiques, nous produisons notre propre énergie verte: le biogaz. Nous produisons également du digestat qui nous permet d'avoir un engrais 100% naturel. On stocke également du carbone. C'est cette idée de circuit fermé vertueux que nous voulons mettre en avant.


Quel est, pour vous, le principal enjeu de l'agriculture moderne ?

Regagner la confiance des consommateurs. C'est primordial. Cela passe par un travail de transparence et d'éducation. Il faut mettre en avant le meilleur du savoir-faire français.


  LES PRODUITS DE LA FERME DE LA TREMBLAYE

Réduction